Stratégie, l’écrit et la pratique. Petite promenade dans l’Histoire

WouTseu ou Wu Qi, stratège et praticien chinois. Image sur Wikipedia

Petit clin d’œil du temps des Royaumes Combattants. La promenade nous emmène donc à l’autre bout du monde, il y a des siècles.

« Il existe cinq sources de conflits : la première est le renom, la deuxième le profit, la troisième la haine, la quatrième les luttes intestines, la cinquième la famine.
Il y a aussi cinq sortes de guerres : les premières sont les guerres justes, les deuxièmes les guerres de puissance, les troisièmes les guerres de raideur*, les quatrièmes les guerres d’agression, les cinquièmes les guerres insurrectionnelles. On appelle guerres justes les guerres qui ont pour objectif de mettre un terme à la tyrannie et d’apaiser les troubles ; guerres de puissance celles qui s’appuient sur la force de ses multitudes pour mener des expéditions, guerres de raideur celles qui sont nées d’un mouvement de colère, guerres d’agression celles qui n’ont pour but que le profit matériel et foulent au pied toutes les règles de la courtoisie ; guerres insurrectionnelles celles qui sont provoquées par des agitateurs profitant de la lassitude du peuple et de l’instabilité politique. On prévient une guerre juste en se conformant aux rites, une guerre de puissance par l’humilité, une guerre de raideur par des mots apaisants, une guerre d’agression par la ruse, une guerre insurrectionnelle par la force. »
* Le terme utilisé en chinois est kung, qui signifie « dur », « raide », et figure dans le vocabulaire hexagrammatique comme l’une des modalités du yang, masculine, dont la manifestation sur le plan des humeurs est la colère. »
Extrait de : « Le traité militaire de maître Wou », in Jean Lévi, Les sept traités de la guerre, Paris, Hachette collection Pluriel, 2008, p. 148.

En pratique, maître Wou ( ?-381 av. J.C) ou Wu Qi fut un homme d’État durant la période des Royaumes Combattants. il mourut assassiné lors des funérailles de son roi. Premier ministre du Chu, il aurait mis en place les mesures suivantes :
« Les réformes qu’entrepris Wu Qi au Chu permirent de considérablement renforcer le pays et en l’espace de peu d’années de faire du Chu une puissance capable de soumettre ou mettre en échec ses voisins. Wu Qi commença par réduire le climat de corruption qui régnait à la Cour de Chu à cette époque, ainsi que les dépenses d’État, d’abord en réduisant les salaires des fonctionnaires, puis en renvoyant les fonctionnaires désœuvrés ou dont le rôle était peu significatif.
Wu Qi fit également déporter tous les nobles de la capitale vers les frontières afin d’une part réduire leur influence, et de l’autre de s’arranger pour que les nobles se concentrent sur le territoire qui leur était assigné, ce qui se traduisit par un peuplement de ces terres et des seigneurs prêts à les défendre.
Wu Qi entraîna également une armée professionnelle avec les économies réalisées par ses autres réformes. Avec celle-ci il parvint à soumettre les Baiyue, à annexer les États de Chen et Cai et à vaincre l’État de Qin. Après sa mort, la plupart des réformes de Wu Qi furent abandonnées et le Chu revint rapidement à son état originel. »
Source : Wikipedia

Sophie Clairet

Image du haut : Soldat de l’armée de terre cuite chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *