Sur la fin du monde, la destruction et la conservation

Nous voici un mois après la fin du monde. Combien d’entre nous espéraient, certes en le craignant, que « quelque chose » se passerait ? Pour ne pas paraître idiot, combien d’entre nous n’en parlent plus aujourd’hui ?
Faire table rase, c’est le jeu favori des enfants une fois que la tour est achevée. Mais les enfants ont cela de spécial qu’ils osent rêver, que tout est possible, qu’ils progressent sur le mode ludique où la quête compte autant voire plus que le Graal.
Faire table rase, cela fait également partie des méthodes utilisées par d’autres groupes aujourd’hui, pas pour le simple jeu de recommencer la tour en mieux mais pour la supprimer totalement du paysage.

 

Fiction de la fin du monde, notre catharsis

Les fictions de la fin du monde se démultiplient depuis les années 1970. Alain Musset en offre une lecture qui permet à la fois de saisir ce qu’elles ont en partage sur le plan des valeurs (et donc ce que nous-mêmes avons en partage) et les invariants de leurs ancrages dans le réel (et donc pourrait-on dire la forme concrète de nos Graals). Il ressort de cet essai que le « nous » émetteur de ces récits et films de fin du monde est nourri de références bibliques. La fin du monde de nos romans et de nos films est une punition divine pour des péchés. Elle frappe les constructions de la modernité : la mégalopole, ses immeubles les plus hauts, à commencer par ceux des États-Unis. Il existe bien une lecture géographique de ces représentations. Après le choc vient la phase de reconstruction.
Alain Musset montre que « si l’apocalypse et les univers apocalyptiques comptent parmi les meilleurs piliers de la science-fiction, c’est parce qu’ils symbolisent la peur que nous éprouvons tous face à un futur impossible à maîtriser, qui peut remettre en cause tous nos acquis, toutes nos certitudes » (1, p. 21).
J’ajoute que nos acquis ont figé la Terre : tout est découvert à part quelques grands fonds, les frontières des États sont devenues intangibles quelles que soient les évolutions des sociétés qui les peuplent, les logiques économiques sont notées à la même enseigne pour un micro-État ou un État-continent – et ce quelles que soient les différences qu’occasionne la réalité géographique sur les stratégies des États en question.

Raser, réalisation du « terroriste barbare »

Dans le conflit au Mali entre les groupes islamistes et le gouvernement, les images de la destruction de hauts-lieux sont le signe de la barbarie. Plus que les exactions contre les femmes et les hommes, de tels actes ont fait basculer leurs auteurs dans la catégorie des pires ennemis du monde libre et civilisé. On reconnaît rarement à ces derniers de stratégie propre, il y aurait les bâtisseurs d’une part et les terroristes de l’autre. En chaussant les lunettes de la stratégie, en reconnaissant aux groupes islamistes à l’œuvre au Mali une capacité de raisonnement spécifique, Denis Retaillé propose une grille de lecture plus complexe que celle du barbare casseur : « Ayant su utiliser les savoirs nomades et leurs réseaux pour aboutir au contrôle des routes et des lieux, AQMI et Ansar Dine ont chassé les Touaregs et détruit les hauts lieux “fixes” de Tombouctou que sont les tombeaux des saints. Il n’est pas question, pour eux, de s’encombrer de territoire et de consommer sa force dans la maîtrise de la surface. Le contrôle du mouvement et des lieux de croisement suffit au pouvoir. Ces lieux sont mobiles. Les outils pour le comprendre sont ceux d’un autre espace de représentation. » (2, p. 16).

Notre culture sédentaire tient à ses hauts-lieux, quitte à les détruire « fictionnellement » pour nous fédérer autour de leur conservation.
À l’opposé les destructions qui ont eu réellement lieu comme au Mali, sont le fait de groupes soucieux de contrôler l’espace de la mobilité et en lutte contre un État.
Il se pourrait bien que la fin du monde ait bien lieu, sous nos yeux au Sahel, sous la forme d’un coup porté contre l’État intangible, ses hauts-lieux et ses frontières incontrôlables tirées au cordeau en plein désert.

Sophie Clairet

Image du haut : Vieux village de Vernègues, détruit par le séisme de 1909. « Vernègues se relèvera difficilement de ce drame qui oblige les habitants à reconstruire un nouveau village au quartier du Jas, en contrebas. L’inauguration solennelle du nouveau Vernègues a été faite le 17 mai 1914. En 1927, Vernègues obtient la médaille de bronze du concours du village moderne (…) grâce à son plan orthonormé ». Cliché Sophie Clairet

Notes

(1) Alain Musset, Le syndrome de Babylone. Géofictions de l’apocalypse, Paris, Armand Colin, septembre 2012, 355 p. Une analyse à la fois exhaustive et très claire, une lecture très stimulante et plaisante très vivement conseillée.
(2) Denis Retaillé, Olivier Walther, Olivier Pissoat. « Espace, temps, mobilité : cartographier le mouvement et appréhender l’espace mobile pour comprendre l’actualité saharienne ». Sep. 2012. Papier soumis à la revue Mappemonde. Une approche incontournable pour qui veut saisir les représentations en présence au Mali.

Une pensée sur “Sur la fin du monde, la destruction et la conservation

  • 18 février 2013 à 8:25
    Permalink

    Sur le même sujet et du même Alain Musset, son remarquable livre sur le deplacements des villes detruites (par des tremblements de terre, des inondations, des attaques de pirates, etc.),  » Villes nomades du nouveau monde », Ecole Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2002

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *