Envie de fraîcheur ? Eaux des rivières & eaux de baignade

Par ces fortes chaleurs, il est tentant de piquer une tête dans la rivière sans attendre le Big-Jump du 9 juillet ou la grande transhumance vers la mer. Pour choisir son point d’eau, voici une présentation simplifiée de quelques outils très complets.

Le WISE, Water Information System for Europe, est le portail européen rassemblant les données sur l’eau. C’est la voie de passage, certes en langue anglaise, vers les informations qui relèvent de la DG environnement, de l’Agence européenne de l’eau, du Centre commun de recherche et d’EUROSTAT. L’Agence européenne de l’environnement héberge le Système d’Information géographique sur la qualité des eaux en Europe. Dans leur grande majorité, les données mises à disposition concernent les eaux des rivières, les eaux souterraines et les bassins versants, quelques unes seulement portent spécifiquement sur les eaux de baignade. Il suffit de survoler les cartes pour constater qu’il faudra encore un peu de patience avant de piquer une tête dans l’eau de la rivière… pour le moment il faut choisir un lac. Les règlements visant à renforcer la qualité de l’eau de baignade ont accouché de « poches » d’eau propre issue des nappes phréatiques tandis que l’accès à la rivière est souvent interdit, en tout cas, dissuasif, et reste à nos propres « risques et périls ». On peut bien se moquer des réserves d’animaux en Afrique, des réserves d’Indiens en Amérique. En Europe, ce sont les baigneurs de rivière qu’on met en zoo : l’Européen nage en bocal bien propre. Pendant ce temps, sa rivière lui fabrique de l’électricité et évacue ses ordures vers la mer.

Le SIG des eaux de baignades (state of bathing waters)

[La carte supra est insérée dans GeoSophie : vous pouvez la manipuler, zoomer, accéder aux informations des points de surveillance sans quitter le site]. Les points de surveillance de la qualité des eaux se répartissent en trois catégories : les lacs, les côtes et les rivières. Les analyses sont conduites par les agences nationales puis transmises à l’Agence européenne de l’eau. La fréquence d’actualisation ne rend pas compte de pics de pollutions à l’occasion de forts orages notamment. Une très bonne nouvelle à la lecture de la carte : globalement, on peut se baigner partout en Europe. Le dernier rapport affiche près de 100% des points de baignade conformes à l’échelle de l’Union européenne. Cette information est d’ailleurs la première à visualiser à cette échelle (il faut zoomer pour obtenir d’autres niveaux d’information).

Regardons de plus près… où aller se rafraichir ce soir ? En agrandissant cette carte, l’adresse par latitude et longitude des lieux de baignades analysés apparaît. On remarque des chapelets de points bleus dans les cours des rivières : cela signifie t-il que la qualité de leur eau est conforme aux normes ? Et bien, ni oui, ni non en réalité, on n’en sait rien. La plupart de ces ronds bleus concernent des « lake », c’est à dire des poches d’eau filtrée (par les roches) remontant de la nappe phréatique affleurante. Les analyses des eaux de rivières sont extrêmement peu représentées. Faites-le test : essayez de trouver des ronds bleus qui affichent les noms des rivières et non des lacs ou des côtes ! Par contre les rivières sont très faciles à repérer : il suffit de cliquer sur un rond rouge : bingo, c’est bien souvent une « river » !

Finalement, cette carte des eaux de baignade cartographie à peu près toute l’eau « naturelle » sauf celle des rivières. C’est l’Europe des lacs bien propres et bien souvent privatisés. Camping & Cie, jeux gonflables associés.

Pour la France, la source des informations est consultable ici : http://baignades.sante.gouv.fr/baignades/navigMap.do?idCarte=fra#a

Le SIG de la pollution des eaux des rivières

L’Agence européenne de l’environnement propose différents jeux de cartes. Pour visualiser les rivières mortes, le principal indicateur est celui de la Demande Biochimique en Oxygène (DBO, ou BOD en anglais). Plus cet indicateur biologique est élevé, et plus la consommation en oxygène est forte, plus la rivière risque l’asphyxie pour cause bien souvent d’une trop forte quantité de matières organique – bien souvent d’eaux usées mal retraitées voire par traitées du tout avant rejet. Il suffit d’agrandir la carte pour obtenir d’autres niveaux d’information. Le système d’information ne permet pas d’intégrer ces cartes – contrairement à celle des eaux de baignade – mais en voici le lien et quelques exports.

Bod rivières Europe

Pour compléter, voici également les quantités de nitrates dans les eaux des rivières. Cet indicateur concerne l’état chimique de l’eau et reflète et davantage les usages agricoles et l’avancée des pratiques d’agriculture intensive. En sélectionnant deux bornes, 2003 et 2012, on voit nettement ces mutations en Pologne, dans le sud de l’Italie ou en Espagne. A un tel niveau de recul de la qualité des eaux, il n’est plus question de lenteur à mettre en place les moyens prévus par la directive sur l’eau mais d’un choix politique – la crise économique a durement frappé, la lutte contre le terrorisme capte tous les regards et bien des crédits.

Nitrates rivières Europe

Nitrates rivières Europe 2012

Le même principe de zoom permet d’affiner les informations – et de constater également le grand écart en matière de surveillance et de communication des analyses. Ainsi pour un très grand quart nord-ouest de la France, les résultats de quelques décennies de subventions à l’agriculture intensive sont clairs comme de l’eau de roche. Il en va de même en Pologne, un pays que les subventions européennes viennent de transformer en grand exportateur agricole. A supposer que nos sociétés choisissent de détourner leur regard de la qualité des eaux des rivières pour d’autres priorités, la pollution des rivières ne disparaît pas mystérieusement : le système concerne tout autant les nappes phréatiques, les plages, les mers parcourues de courants qui dispersent tout, évidemment les ressources halieutiques…

Nitrates Pologne

Nitrates Bretagne

Sophie Clairet

Photographie du haut : Big Jump du 9 juillet 2016 à Aalst aux Pays-Bas. Cliché : Big Jump

Pour aller plus loin :

« Pourquoi vouloir nager dans la Durance ? », sur le site L’Étang Nouveau – le blog. Association pour la réhabilitation de l’Étang de Berre et de la Durance et leur mise en valeur au profit de tous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *