Chicago, capitale numérique ?

Ce cliché montre le bâtiment qui abrite « 350 East Cermak Rd Data Center », l’un des plus gros datacentres du monde, 102 000 m2. (350 East Cermak Rd Data Center à Chicago. Cliché par reallyboring sur flickr.) Le même bâtiment abrite le Chicago Mercantile Exchange (CME Group), l’Intercontinental Exchange (ICE), Equinix, Fidelity Investments, British Petroleum (BP), CenturyLink (Qwest et Savvis), Colombie-Telecom (BT), T-Systems, etc (1).

Ce « Lakeside Technology Center », premier hôtel digital des États-Unis, occupe plusieurs étages du « Calumet Plant », construit entre 1912 et 1929 sur les bords du lac Michigan par RR Donnelley pour accueillir ses activités d’imprimerie. Le bâtiment industriel a été reconverti en centre numérique par le groupe Carlyle en 1999, il est depuis 2005 la propriété de Digital Realty Trust.
La localisation de ce datacentre sur une friche industrielle permet un accès facilité aux sources d’énergie, une alimentation de plus de 100 MW en 2010, selon Rich Miller (Data Center Knowledge) est nécessaire pour faire tourner et refroidir les serveurs.
Selon le classement proposé par Mozy, Chicago serait la capitale mondiale du stockage en accueillant trois des dix premiers datacentres du monde, dont celui de Microsoft à quelques encablures. Chicago est également la première place boursière mondiale pour les matières premières agricoles.

Une idée des ordres de grandeur (Wikipedia) :
117 MW — Puissance totale (propulsion et besoins divers) du paquebot Queen Mary 2 (lancé en 2004)
240 MW — Puissance de l’usine marémotrice de la Rance, ou du Barrage de Bort-les-Orgues.
900 MW — Puissance électrique d’un réacteur nucléaire CANDU.
1600 MW — Puissance électrique d’un réacteur pressurisé européen (EPR).

Sophie Clairet

Note :

(1) http://steadfast.net/corporate/chicago.datacenter.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *