L’Europe en tête de la connectivité à Internet (1)

Poster de l’UTI « Measuring the Information society MIS 2012). (© UTI), disponible ici.

« L’Europe est la seule région où l’on observe une réduction de la fracture numérique.
Une analyse de l’indice IDI dans chacune des six régions (1) met en évidence les écarts de développement des TIC à l’échelle mondiale et régionale. Les pays européens se situent généralement parmi les premiers du classement, avec une moyenne régionale de 6,49 (…).

L’Europe est d’ailleurs la seule région à avoir atteint une certaine homogénéité en termes de développement des TIC et au sein de laquelle on observe une réduction de la fracture. La région de la CEI, qui compte des pays ayant un niveau de développement des TIC relativement similaire, arrive en deuxième position avec un indice IDI régional de 4,43. Dans l’ensemble, cette région a fait des progrès appréciables en termes de développement des TIC entre 2010 et 2011. La région Amériques se positionne au-dessus de la moyenne, avec un indice IDI de 4,26. Hormis les États-Unis et le Canada dont les indices sont très élevés, les pays de cette région ont des niveaux de développement des TIC assez semblables. L’indice IDI moyen de la région Asie-Pacifique s’établit à 4,02, un chiffre relativement faible, inférieur à la moyenne mondiale de 4,15. Cette région connaît un développement des TIC très hétérogène, puisqu’elle compte aussi bien certains pays parmi les mieux classés et certains des pays les moins connectés. La région des États arabes est avant-dernière au classement régional, avec un indice IDI de 3,77, bien que plusieurs pays à revenus élevés de cette région se démarquent avec des valeurs IDI relativement élevées. Les pays de la région Afrique occupent invariablement les dernières places du classement IDI, la moyenne régionale s’établissant à seulement 1,88. On constate des progrès presque exclusivement dans les pays occupant les premières places du classement régional, à la différence des autres régions où tous les pays (des premiers aux derniers du classement) ont amélioré leurs résultats. »
Extrait choisi du rapport publié le 11 octobre 2012 par l’Union Internationale des Télécommunication, Mesurer la société de l’information 2012, Genève, ITU, octobre 2012, 213 p.

Note

(1) Les régions dont il est question dans ce rapport sont les régions de l’UIT/BDT, voir : http://www.itu.int/ITUD/ict/definitions/regions/index.html.

Commentaire : États-Unis et Canada, qualifiés de très élevés sans précision : respectivement 15e avec 7,48 et 22e avec 7,04. Le Canada est moins bien classé que l’Allemagne, la France, l’Irlande et l’Autriche.

Carte élaborée à partir du rapport publié le 11 octobre 2012 par l’Union Internationale des Télécommunication (UTI). L’objectif de cette carte est de montrer les plus et les moins connectés, les deux extrêmes c’est à dire les 12 premiers et les 10 derniers pour sélectionner un lot homogène (bornes proches) dans les deux cas. Que le résultat évacue l’Amérique du Nord constitue une fausse surprise : être les champions de l’Internet à travers des grandes firmes ou la surveillance des normes ne conditionne pas automatiquement que la société accède aux services dans les meilleures conditions. La Suisse, où Internet est né (au CERN), reste dans le top (10e position). L’Europe du Nord occupe les places 2 à 7, 9 et 10, la Corée du Sud, le Japon, Hong-Kong et Singapour occupent respectivement les 1ère, 8e, 11e et 12e premières places. La Russie (38e rang) devance largement les puissances émergentes (Brésil – 60e rang, Chine – 78e rang, Afrique du Sud – 91e rang, Inde – 119e rang).

Sophie Clairet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *