Crises et basculements des équilibres mondiaux

Chaque jour apporte son lot d’annonces immédiates et sans perspective, qui plus est sans aucune mesure des enjeux : manifestations et radicalisation en Grèce, tentations sécessionnistes en Espagne, avancée de la rigueur, des inégalités, de la peur du lendemain. Et alors ?
Cette liste est devenue un talon d’Achille sur le plan diplomatique face aux États soucieux d’affirmer leur influence et leur puissance. Il est question de « basculement du monde » et c’est ce que démontre Images économiques du monde 2013, cartes et chiffres à l’appui. Factuel (pas de grande théorie verbeuse) et exhaustif (de l’économie à la géostratégie, changement d’échelles compris), cet ouvrage permet de comprendre ces enjeux qui dépassent le très court mot de « crise » et de stimuler la réflexion politique et citoyenne.

Pour ceux qui n’ont pas eu la possibilité d’écouter la conférence que Laurent Carroué, Inspecteur Général de l’Éducation nationale, a donnée dans le cadre du FIG à Saint-Dié sur ce sujet des crises et basculements du monde (une salle comble à juste titre), voici un extrait de l’introduction qui donne le ton :

« Débutant en 2007, la crise immobilière dite des subprimes a débouché en 2008-2009 sur un effondrement du système financier et une crise sociale et économique mondiale totalement inédite par ses caractéristiques et son ampleur depuis 1929. Cette « Grande Dépression » des acteurs états-uniens se traduit d’un côté par un affaiblissement sans précédent des bases hégémoniques des États-Unis, première puissance mondiale, et par un risque croissant d’implosion du système communautaire européen ; de l’autre par l’affirmation continue de nouvelles puissances à vocation mondiale ou régionale comme la Chine, la Russie, l’Inde, le Brésil, la Turquie… Voilà déjà sept ans maintenant que la crise se déploie. Et pourtant, on demeure stupéfait par la faiblesse des réponses apportées, et ce à toutes les échelles spatiales : nationale, continentale et mondiale. On doit constater que la très grande majorité des élites politiques et économiques a mis beaucoup de temps à comprendre la gravité de la situation tout en refusant d’en concevoir le caractère profondément structurel. En effet, au-delà de la sanction par les électeurs des gouvernements en place, en particulier aux États-Unis et en Europe, les différentes autorités politiques, économiques et financières – nationales ou internationales – semblent partout courir au plus pressé en tentant d’éteindre de nouveaux incendies sans qu’aucune question de fond ne soit posée, et encore moins traitée malgré la multiplication des sommets internationaux et des effets d’annonce. »

Le sommaire

Crises et basculements des équilibres mondiaux : l’entrée dans le XXIe siècle
La crise des grands pays occidentaux : l’échec de la révolution néoconservatrice reaganienne
L’accès à l’hyperpuissance des États-Unis
Une hypertrophie financière et rentière
Crise et effondrement

Les grands basculements économiques et productifs : un puissant rééquilibrage
Au plan financier
Les nouveaux banquiers du monde
Aux plans géopolitique et géostratégique
Au plan économique
Au plan industriel
Aux plans démographique et productif
Du Sud aux Suds : des trajectoires divergentes
Un exemple des recompositions mondiales : les enjeux maritimes
Des enjeux croissants
Appropriation et droit international
Militarisation et enjeux géostratégiques

De nouvelles dynamiques géo-économiques et géopolitiques
La montée des firmes transnationales des Suds
La montée des interrelations Suds/Suds
L’accès aux ressources énergétiques et agricoles : un nouvel enjeu
La montée des concurrences qualitativement nouvelles
Quelle sortie de crise pour l’Europe ?

Ressources

– les cartes en couleur disponibles sur le site de l’éditeur Armand Colin à :
http://www.armand-colin.com/livre/426699/images-economiques-du-monde-2013.php
– un dossier sur Crise et basculement du monde dans la revue Historiens et géographes téléchargeable a cette adresse :
http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/1328102640682/0/fiche___ressourcepedagogique/&RH=1160761636828

Intérêt pour GeoSophie

Une approche qui varie les échelles et les sources. Il ne s’agit pas d’une analyse issue des sphères de la finance ou de l’économie qui réduisent tout ce qui advient à un système en soi, mais d’une somme vue par des géographes qui ont comme préoccupation première l’humain dans son rapport au monde. Aucun rapport, ni dans le contenu ni dans la philosophie du message, avec la vulgate médiatique actuelle.

Sophie Clairet

Image du haut : Extrait de la couverture d’IEM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *