Casques bleus, silence radio

Couverture du numéro nov-dec. 2012 de The Blue Beret, revue d’âge canonique (diffusée depuis 1965) de la mission de paix des Nations Unie à Chypre. (© Nations Unies)

Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve en Palestine (1948), Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (1964), Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (1974), Force intérimaire des Nations Unies au Liban (1978), Mission de l’ONU pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (1991) : voilà cinq missions de la paix qui engagent en cette fin d’année 14 124 personnels en uniforme, observateurs militaires ou soldats – selon les termes des Nations Unies et sans compter les civils. Ces cinq missions totalisent un budget de 783 millions de dollars US pour 2012-2013. Elles se localisent sur le terrain ou à la lisière de conflits qui mobilisent les discours de la communauté internationale, des ONG et des médias : la Syrie et le Sahel.

Lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies ne parvient pas à s’entendre, les missions sont reconduites d’année en année. En rouge sont représentées les plus anciennes, dont l’installation remonte à plus de dix ans. Certes en Afrique, les missions de paix actuelles succèdent à d’autres plus anciennes, mais le mandat évolue, les noms également, ce qui signifie des consensus a minima qui ne prévalent pas au Moyen-Orient ou au Sahara occidental par exemple.

Parmi les petites curiosités, 917 personnels en uniforme (quatre fois plus qu’au Sahara occidental) sont déployés à Chypre, une île à moitié membre d’une Union européenne récipiendaire du Prix Nobel de la Paix en 2012.

Intérêt pour GeoSophie.eu

A l’heure où l’OTAN/Turquie déploie(ent) des missiles Patriot à la frontière avec la Syrie, où les Occidentaux s’écharpent sur le mode opératoire d’une intervention au Mali, où les ONG comme Oxfam s’émeuvent des dommages humanitaires d’une éventuelle intervention au Mali, il semble opportun de se souvenir de ces missions figées sur le terrain des conflits ou à leur proximité et dont la vocation était la paix, justement. Le silence ne permet pas de tirer leçon des échecs.

Sophie Clairet

Image du haut : Photo MONUSCO/ Myriam Asmani

Pour aller plus loin

Cartes des missions de paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *