Instantanés de la compétitivité « à la française »

L’indice de compétitivité régionale (RCI) publié en août 2013 entre dans sa phase de finalisation. L’étude provisoire (1) permet déjà d’éclairer les originalités françaises sur le plan des disparités entre la capitale et les régions les moins compétitives. Les plus optimistes, gageant que Paris « tire » le reste du pays, y verront la marque de l’excellence et de l’attractivité parisienne, les plus décentralisateurs celle de la permanence du clivage entre « Paris et le désert français » (2), les prospectivistes s’interrogeront sur les limites de l’antifragilité à la française (3).
Toujours est-il que la Commission européenne tire la sonnette d’alarme dans sa présentation : « Déjà dans l’édition 2010 du RCI, le manque de diffusion régionale était manifeste, surtout autour des capitales de certains pays de l’UE moins développés. Bien que la crise ait limité la croissance potentielle de la diffusion régionale, à moyen terme, celle-ci devra être renforcée. La compétitivité globale d’un pays dépend des performances de toutes ses régions et pas seulement de sa capitale. »

Sur l’indice de compétitivité régionale (RCI)

L’indice RCI est élaboré sur le modèle de celui du Forum économique mondial (l’index de compétitivité globale, GCI). Il tient compte de trois thématiques : les fondements (institutions, stabilité macro-économique, infrastructure, qualité de l’enseignement primaire et secondaire), l’efficacité (formation tout au long de la vie, efficacité du marché du travail, taille du marché) et l’innovation (innovation, capacité technologique…). Son objectif est de capter les différentes dimensions de la compétitivité à l’échelon régional pour réduire les inégalités de l’Europe dans son ensemble.

Deux images de l’index de compétitivité régionale

RegionalCompetitivnessIndex2013
(Cliquer ici pour accéder à la source)
Le graphique montre le profil de l’exception française : l’écart entre la région parisienne et la région la moins compétitive pourrait laisser penser au profil d’un pays en développement où la capitale draine les richesses sans les redistribuer et où les élites oublient leurs terroirs du 16 août au 13 juillet (4).

CarteCompetitiviteregionale

La carte illustre les écarts entre les modèles des deux moteurs traditionnels de l’Europe, l’Allemagne et la France, qu’il ne faudrait pas simplement réduire au constat des histoires fédérale pour l’une et centralisée pour l’autre. Pour ne citer que quelques autres aspects, la forme des territoires, leur situation relative (la France est en grande partie un « finisterre » alors que l’Allemagne est un centre depuis l’élargissement), les densités et les réseaux jouent aussi un rôle important.

Les réseaux européens prioritaires

10corridors
(Cliquer ici pour accéder à la source)
Dans un contexte où l’écotaxe fait débat en France, voici la carte diffusée le 17 octobre 2013 par la Commission européenne montrant les dix axes de transports prioritaires. Pour la France, l’axe atlantique et l’axe méditerranéens pourraient contribuer à dynamiser certaines des régions les moins compétitives (représentées sur la carte précédente). Notons que le 1er port français, Marseille, ne développera pas son hinterland par les Alpes du Sud. Voilà le résultat d’années de concurrence entre Lyon et Marseille, entre Marseille et Nice, entre Gênes et Marseille, entre professionnels de la route et ceux du rail, entre écologistes et « bétonneurs » : un splendide axe Nord-Sud d’Amsterdam à Gênes en passant sous les montagne suisses. Tout est affaire de tractations et de rapports de force, y compris dans les vides d’une carte : le TGV Lyon-Turin est issu de l’enterrement en première classe du fret Marseille-Turin sous le Montgenèvre (5).

Intérêt pour GeoSophie

Contextualiser les conflits qui prennent en France une tournure régionale. Il serait dommage de se contenter de penser que les habitants de telle ou telle région ne s’intéressent qu’à leur petit intérêt personnel, ne sont que fous dangereux fonctionnant sur une base passionnelle. La carte des risques identifiés par la DATAR en 2000 (6) et les publications de la Commission sur l’index de compétitivité régionale concourent à faire réfléchir aux responsabilité de l’État et à l’intérêt de limiter le clivage Paris/province pour mieux soutenir l’ensemble des citoyens. Pour sa part, chaque citoyen a la possibilité et la responsabilité de prendre connaissance de ces schémas et grands desseins d’aménagement, d’y contribuer en adressant ses remarques et en demandant démocratiquement des comptes à ses élus.

Sophie Clairet

Image du haut : L’Europe vue de nuit, une image de la répartition des habitants en 2017. Cliché de Thomas Pesquet (© ESA)

Notes

(1) Avant prise en compte des avis et commentaires des citoyens européens qu’il était possible de transmettre en ligne grâce à un lien communiqué ici (http://ec.europa.eu/regional_policy/information/studies/index_fr.cfm#3) avant le 30 septembre 2013.
(2) Un clin d’œil à l’ouvrage publié en 1947, Paris et le désert français, par le géographe Jean-François Gravier.
(3) Terme utilisé par Nassim Nicholas Taleb, voir Antifragile: Things That Gain from Disorder, New York, Random House, 2012. L’ouvrage montre que les structures les plus antifragiles, c’est à dire à la fois capables de se remettre sur pied après un aléa (c’est à dire résilientes) et d’en sortir renforcées, sont décentralisées.
(4) Du 14 juillet au 15 août, transhumance estivale aidant, chacun retrouve ses racines et se souvient qu’il est « de quelque part ».
(5) Pour avoir consacré ma maîtrise de géopolitique aux projets de tunnels dans les Alpes du Sud dans la perspective de l’intégration européenne de la PACA (en 1995), je me permets de signaler ce « joli vide » aux observateurs qui trouveraient curieux que Marseille-Turin passe par Lyon.
(6) Présentée dans le billet Territoire, identité… Dix ans plus tard, l’embrasement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *